Les Tombées de La Nuit : le festival nomade

Le festival Les Tombées de La Nuit revient en juillet à Rennes, pour la plus grande joie des citadins, des visiteurs et des artistes, soutenus depuis 1980 par une équipe soucieuse de les accompagner dans leurs projets. Une fois encore, Les Tombées de la Nuit voient loin, et vous emmènent à la campagne !

Les Tombées de la Nuit

Les Tombées de la Nuit : un élan collectif

Etendu cette année sur une semaine, dès le 28 juin, et trois week-ends, jusqu’au 20 juillet à Rennes, Apigné et Laillé, le festival Les Tombées de la Nuit poursuit son objectif : associer artistes, acteurs associatifs, partenaires institutionnels et habitants autour de projets communs, pour inscrire la pratique artistique au coeur de la cité, au-delà des lieux consacrés, musées ou théâtres.

Au-delà du temps fort du festival, la perspective est celle d’un développement culturel au long cours, sans qu’aucun territoire urbain ou rural ne soit délaissé, ni aucun citoyen :

« L’exigence artistique se conjugue avec l’exigence relationnelle. Le faire ensemble devient la condition du vivre ensemble ». L’équipe du festival met ainsi en avant sa vocation éducative et son rôle d’accompagnant, via un dispositif de « résidence nomade » qui consiste à accompagner les créateurs dans toutes les dimensions de leur projet.

Trois week-ends, trois lieux, des spectacles en nombre

Du 3 au 6 juillet, Rennes sera le théâtre d’une effervescence créatrice, où l’on verra jusque dans les rues se croiser toutes les formes de spectacles vivant (musique, danse, théâtre, cirque…). Le festival se poursuivra dans la commune de Laillé, du 11 au 13 juillet, pour s’achever aux Etangs d’Apigné avec les spectacles d’une douzaine de compagnies.

Dès le 28 juin, on pourra assister aux représentations des aventures circassiennes en apesanteur des gallois de Nofit State Circus, pour la première française de Bianco.

Bianco - Photo : Seventh-Wave

Bianco – Photo : Seventh-Wave

Voltige acrobatique, aérienne, chorégraphie et musicale, show mêlant cirque, théâtre, danse et rock : ne manquez pas ce spectacle exceptionnel, accueilli à l’esplanade Charles-de-Gaulle sous un vaste chapiteau argenté – une introduction tonitruante à ce mois de juillet dédié aux arts de la rue et de la scène.

Déborder le territoire urbain

A Rennes, le week-end « En ville » accueille d’abord les visiteurs avec plus de 20 spectacles, dont plusieurs s’ingénieront à composer avec les équipements et espaces propres à la ville, à l’image de la Redball de Kurt Pershke, une boule rouge de 5 mètres de diamètres faisant irruption dans nos rues. Nomade et manoeuvrable par les passants, la Reball apparaît comme « un gros nez de clown s’immisçant dans notre quotidien ».

Mais dès le 11 juillet, le festival se poursuit à Laillé, avec le week-end « Panique au village » : une ville ambiance champêtre, un nouveau territoire à défricher, pour sortir l’art et la culture des grands centres urbains !

Avec une dizaine de spectacles prévus, « le week-end fait la part belle aux projets qui impliquent les habitants, qui racontent les gens, qui croquent des tranches de vie ». Du théâtre, des promenades sonores, un film, de la musique, du clown, et même un « bal à danser à tue-tête populaire et de tradition », organisé par le collectif de musiciens Le Bringuebal, il fera bon passer un week-end au vert, mais en fanfare, du côté de Laillé !

Les Tombées de la Nuit à Rennes

Fin des festivités avec le week-end « Au bord de l’eau », à « Apigné Beach », avec de nombreux spectacles gratuits et en plein-air, dont quelques curiosités qui restent à identifier, comme la séance de Scrabbologie proposée par Bertrand Boulanger de L’Ouscrapo, ou le Solo pour manipulateur d’objets usuels « Vu » de la Cie Sacékripa…

Pour tout savoir de la programmation du festival, et vous concocter un petit itinéraire ad hoc de la ville à la campagne, rendez-vous sur le site web des Tombées de la Nuit !

http://www.lestombeesdelanuit.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *